Le Réveil Lozère 20 juin 2018 à 11h00 | Par JCD

Le marché du sucre croule sous les excédents

L’Organisation internationale du sucre (OIS) chiffre à 10,51 Mt l’excédent de sucre sur le marché mondial en 2017-2018, selon un rapport publié le 29 mai. Résultat, les prix dévissent. Un nouvel excédent de production est envisagé sur 2018-2019.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JC Gutner

« Les cours mondiaux du sucre se sont effondrés depuis octobre 2016 : ils étaient encore à plus de 20 cents par livre au plus haut de 2017, en janvier, avant d’atteindre un point bas à moins de 11 cents, en avril », indique Timothé Masson, en charge du suivi des marchés à la CGB (betteraviers). Malgré une reprise par la suite, les prix restent très bas, à 12,34 cents par livre le 11 juin sur le marché de New York.
La planète sucrière croule sous les excédents. D’après l’Organisation internationale du sucre (OIS), la production mondiale atteint 185,21 Mt en 2017-2018 face à une consommation de 174,7 Mt. Cela représente un surplus de 10,51 Mt de sucre, « un record historique » comme le relève l’AIBS (interprofession) dans sa dernière note d’information. Les fondamentaux se sont nettement dégradés par rapport aux estimations précédentes. L’OIS avance des chiffres spectaculaires obtenus en fin de campagne par l’Inde et la Thaïlande, qui dépassent les attentes de respectivement plus de 5 Mt et 2 Mt.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1465, du 21 juin 2018, en page 2.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui