Le Réveil Lozère 29 mai 2019 à 08h00 | Par SC

Le marché des véhicules de tourisme boosté par les SUV

Petits ou gros, difficile d’échapper aux modèles SUV sur les routes. Alors que le marché automobile plafonne à moins de 2 % de croissance, ce segment affiche une croissance insolente de plus de 15 %.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le phénomène est mondial. Le SUV est le véhicule star de l’industrie automobile. À mi-chemin entre le monospace, la citadine et le 4x4, les véhicules SUV monopolisent aujourd’hui près de 35 % des ventes d’automobiles. Si le SUV rencontre tant de succès auprès des conducteurs, c’est grâce à ses caractéristiques hybrides. À travers le SUV, les constructeurs tentent d’imposer un nouveau standard de véhicule adapté à tous les conducteurs qu’ils soient citadins ou ruraux. Parmi les caractéristiques techniques communes à tous les SUV, on retrouve : une garde au sol surélevée ; des jantes et des pare-chocs renforcés et une carrosserie robuste donnant un look baroudeur au véhicule. Certains constructeurs produisent également des modèles SUV compact : des véhicules plus courts en longueur et adaptés au trafic urbain. Si la progression des ventes est continue depuis plusieurs années, le marché subit une forme de plafonnement, avec une croissance qui se tasse d’année en année.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1512, du 30 mai 2019, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui