Le Réveil Lozère 01 août 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Le marché au cadran sur de bons rails

L’association Un Cadran pour tous organisait vendredi dernier, son assemblée générale à Aumont-Aubrac. L’occasion pour Frédéric Valette, président de l’association et toute son équipe de faire le point sur l’avancement du projet de marché au cadran d’Aumont-Aubrac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Initié en juillet 2015, à l’occasion du conseil fédéral de la FDSEA et des JA, la création d’un marché au cadran en Lozère commence à prendre forme et à réunir les foules. Vendredi 28 juillet, lors de l’assemblée générale de l’association Un Cadran pour tous, qui porte le projet, la salle du centre socioculturel d’Aumont-Aubrac et ses 250 places était à peine assez grande pour accueillir les élus et les agriculteurs venus pour suivre l’avancée du projet. Plus de 300 personnes ont donc pu assister à la présentation des conclusions de l’étude de faisabilité et débattre ensemble des différents points encore à éclaircir. Une présence saluée par l’ensemble des intervenants dont Frédéric Valette, président de l’association : « Une participation comme celle d’aujourd’hui montre bien l’importance du projet pour notre territoire, a-t-il déclaré. Avec une crise laitière qui touche plusieurs de nos confrères, les éleveurs ont envie de se prendre en main pour ne plus dépendre intégralement d’autres structures. Comme tout chef d’entreprise, nous avons envie de garder la main sur la partie commerciale de leur exploitation et une structure comme un marché au cadran peut permettre cela. » En effet, si la vente se déroule suivant le modèle d’une vente aux enchères classique, il faut rappeler que l’éleveur a le dernier mot et peut refuser la vente. En un mot, l’agriculteur reste décisionnaire.

Mauriac et Ussel pris en exemple
Deux ans après la décision de lancer le projet, les membres de l’association ont multiplié les actions pour la création du marché. « Lors du conseil fédéral de juillet 2015, nous avions déjà entendu le témoignage de Bruno Bunisset, le président du marché au cadran d’Ussel, raconte Frédéric Valette. Après le vote pour le lancement d’une étude de faisabilité, nous avons voulu nous renseigner sur les différents marchés aux cadrans existants. Pour cela nous sommes allées visiter le marché de Mauriac et ce modèle nous a particulièrement convaincus. Spécialisé en Salers, il offre pourtant la possibilité aux autres productions de venir sur place. » Une visite importante pour Michèle Chastang, présidente du marché au cadran de Mauriac, elle aussi présente vendredi dernier à Aumont-Aubrac. « Le marché au cadran de Mauriac est évidemment solidaire avec le projet lozérien, a déclaré l’intéressée. En tant qu’administratrice à la FMBV (fédération française des marchés de bétail vif), je ne peux que soutenir d’avantage le projet qui permettra d’ouvrir un débouché supplémentaire aux agriculteurs lozériens mais pas que, les départements limitrophes sont aussi concernés par le projet. »

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1421, du 3 août 2017, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui