Le Réveil Lozère 06 février 2018 à 01h00 | Par Mélodie Comte

Le manège de la pâture s’accélère

La méthode du pâturage tournant consiste à revoir l’organisation de ses prairies et pâtures pour mieux en gérer la pousse de l’herbe. Simple, efficace et rentable.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le pâturage tournant établit une nouvelle organisation de la pâture sur l’exploitation permettant ainsi de valoriser au maximum la ressource en herbe.
Le pâturage tournant établit une nouvelle organisation de la pâture sur l’exploitation permettant ainsi de valoriser au maximum la ressource en herbe. - © Mélodie Comte

Le pâturage tournant, une fois mis en place, cette nouvelle gestion de la ressource en herbe permet d’en valoriser toute la qualité. Explications avec Géraldine Dupic, conseillère fourrage à la chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme. « Le pâturage tournant va permettre, notamment au printemps, de valoriser au maximum la ressource en herbe. Grâce à cette organisation, on parvient même, à terme, à créer un décalage dans la pousse. De ce fait, les éleveurs ont toujours de l’herbe “fraîche” pour leurs animaux. »

Inventaire des prairies
Le pâturage tournant a un seul et unique but : cultiver l’herbe. Et contrairement aux idées reçues, les éleveurs l’ayant adopté n’en manquent jamais.
Qu’ils soient producteurs laitiers ou éleveurs allaitants, Géraldine Dupic les accompagne régulièrement dans cette démarche. Dans un premier temps, elle réalise un tour du parcellaire pour en dresser un inventaire complet. « Nous effectuons un classement des prairies en fonction de leur surface, leur situation, leurs accès, leur point d’abreuvement et surtout leur type. Chaque exploitation est différente et on compte plus de 60 types de prairies dans le Puy-de-Dôme ». Le potentiel de chaque parcelle est ainsi estimé. Par exemple, une prairie permanente très fertile aura une pousse d’herbe précoce et devra donc être intégrée en début de cycle de pâture pour valoriser au maximum son potentiel.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1446, du 8 février 2018, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pour une agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des Français qui mangent de la qualité et au juste prix, je suis dès aujourd’hui au travail.

a déclaré sur Twitter, quelques minutes après l’annonce de sa nomination Didier Guillaume, nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui