Le Réveil Lozère 30 décembre 2019 à 16h00 | Par Marion Ghibaudo

Le lombricompostage pour traiter les boues piscicoles

Le lycée Louis Pasteur de la Canourgue a lancé depuis la rentrée 2019 un projet pilote pour traiter les boues piscicoles sur place et valoriser ces déchets.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Leroy, Patricio Soto et Rosa Solar, les trois tête pensantes du projet de valorisatio des boues piscicoles.
Philippe Leroy, Patricio Soto et Rosa Solar, les trois tête pensantes du projet de valorisatio des boues piscicoles. - © Marion Ghibaudo

Depuis juillet-août, le lycée Louis Pasteur de La Canourgue, en lien avec Patricio Soto, ancien ingénieur chercheur à l'Inra de Montpellier, teste une nouvelle façon de traiter les boues piscicoles... avec des lombrics. Une première en France.
Ce ne sont pas n'importe quels lombrics : les « Eisenia foetida », de leur petit nom savant, sont actuellement utilisés dans différents projets de lombricompostages qui essaiment en Europe. Ce test grandeur nature est né de la rencontre entre Philippe Leroy, directeur de l'exploitation piscicole du lycée Louis Pasteur et Patricio Soto, lors d'une présentation sur la station d'épuration de Combaillaux... qui travaille avec des lombrics.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1541, du 01 janvier 2020, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».