Le Réveil Lozère 04 septembre 2019 à 09h00 | Par Areal

Le groupement d’employeurs, une réponse à de multiples questions

Créé en janvier dernier, Aréal permet de mettre de la main-d’œuvre à disposition. Reportage au groupe emploi de Juliange.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Areal

L’embauche d’un salarié à plusieurs permet de pérenniser de la main-d’œuvre sur les exploitations. Michel et Isabelle Souton, installés sur la commune de Lorcières dans le Cantal, ont respectivement 56 et 54 ans. Ils sont à la tête d’une exploitation de vaches laitières en production biologique. Les deux exploitants sont en rythme de croisière. « Nous arrivons à la fin de nos emprunts et n’allons pas en rajeunissant, l’embauche d’un salarié mutualisé nous permet de faire du travail que nous laissions de côté. Qui dit fin des investissements dit aussi des résultats d’exploitation plus conséquents. L’embauche d’un salarié créé des charges sur l’exploitation qui réduisent par la suite nos cotisations ». Ces éleveurs n’avaient jamais eu recours à l’embauche d’un salarié de manière pérenne avant de rentrer dans le groupe emploi de Julianges. « J’ai été contacté par des voisins de la commune de Julianges pour voir si j’étais intéressé pour entrer dans un groupe emploi. Nous avons rapidement pris part aux échanges et avons désormais un engagement de 60 jours par an ». Souvent, le groupement d’employeurs permet de passer le cap d’une première embauche en limitant la prise de risque tout en bénéficiant d’un accompagnement.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1524, du 5 septembre 2019, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Nous faisons confiance aux scientifiques qui ont dit que la préconisation, c’était cinq à dix mètres selon les cultures.

a déclaré Christiane Lambert, le 9 septembre, lors d’une conférence de presse à Romillé (Ille-et-Vilaine).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui