Le Réveil Lozère 06 septembre 2018 à 10h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Le gouvernement veut réduire de moitié les dégâts de gibier d’ici à trois ans

Les ministères de l’Agriculture et de l’Écologie ont détaillé le 3 septembre les premières mesures pour réduire les dégâts de gibier, avec un objectif de -50 % « d’ici trois ans ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Cela passe par la « responsabilisation complète » des fédérations départementales de chasseurs, via l’élargissement de leurs compétences à la gestion des plans de chasse (« en cas de défaillance, le préfet déclenchera des battues administratives »), la suppression du fonds de péréquation nationale, selon un communiqué. Une réflexion sur le financement de l’indemnisation des dégâts de gibier est engagée, permettant aux fédérations départementales de moduler les montants par unité de gestion, poursuivent les deux ministères. Pour cela, une mission parlementaire planchera sur les modalités opérationnelles en associant le monde agricole, les forestiers, les chasseurs et les services de l’État, d’après le communiqué. Elle fera aussi des propositions pour améliorer la régulation du grand gibier et réduire ses dégâts. Autre annonce, un comité de lutte contre les dégâts de gibier sera installé le 6 septembre, rassemblant les présidents de la FNSEA, de l’Apca, de la fédération nationale des chasseurs, de la fédération des forestiers privés et du CNPF, de la propriété privée rurale, de l’ONF, des communes forestières (FNCOFOR) et de l’ONCFS ainsi que les administrations nationales concernées.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui