Le Réveil Lozère 21 mars 2018 à 09h00 | Par RO

Le gouvernement réfléchit à une rémunération pour les agricultrices durant leur congé maternité

Le sujet avait déjà été évoqué en septembre dernier et pourrait rentrer dans le cadre du congé maternité unique promis par Emmanuel Macron lors de sa campagne. Pour la Mutualité sociale agricole (MSA), « il n'y a pas de demande » pour une telle mesure.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Emilie Durand

Faut-il mettre en place des indemnités de salaires pour les femmes agricultrice lors de leur congé maternité ? Le gouvernement y réfléchit de manière active. C'est ce qu'a indiqué Marlène Schiappa, la secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, en marge d'une intervention à la 62e commission de la condition de la femme de l'ONU mardi 13 mars. Une mission parlementaire étudie ainsi en ce moment la faisabilité, notamment budgétaire, de cette mesure. « Les agricultrices aujourd'hui en France ont une indemnité de remplacement mais pas d'indemnités pour elles pour continuer à être rémunérées », a ainsi précisé Marlène Schiappa, citée par le Figaro. Ce n'est pas la première fois qu'elle évoque la question. En septembre 2017, à l'annonce de la création d'un futur « congé maternité unique pour toutes les femmes, quel que soit leur statut » aligné sur celui des salariés, elle avait indiqué que les agricultrices seraient les premières à en bénéficier. La mesure était notamment une promesse de campagne du président de la République Emmanuel Macron.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1452, du 22 mars 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.