Le Réveil Lozère 07 août 2019 à 10h00 | Par YG

Le gouvernement muscle les mesures de défense contre le loup

Relèvement du plafond de prélèvement, assouplissement des tirs : dans un arrêté paru le 26 juillet, le gouvernement officialise des mesures visant à freiner la pression de prédation due au loup.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Dominique Hommel - Parlement européen

La dernière pierre du plan loup est posée. Dans leur arrêté du 26 juillet, les ministères de l'Agriculture et de la Transition écologique officialisent les mesures annoncées fin mai pour limiter la pression de prédation (relèvement du plafond de prélèvement et renforcement des tirs). Autant de dérogations au régime actuel introduites « à titre expérimental » et valables jusqu'au 31 décembre 2019.
Première mesure à la fois symbolique et cruciale : jusqu'à 100 loups pourront être prélevés d'ici la fin de l'année. C'est la traduction d'une promesse formulée par Emmanuel Macron en mars. Le plafond de prélèvement (auparavant de 10 %) a été relevé à 17 % de la population lupine. S'y ajouteront 2 % supplémentaires si ce plafond est atteint avant la fin de l'année (une possibilité déjà existante). Au 24 juillet, le dernier bilan officiel dénombrait 48 loups « détruits », dont deux hors protocole.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1522, du 8 août 2019, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui