Le Réveil Lozère 16 mai 2018 à 09h00 | Par Suzanne Marion

Le fromage fermier « l'Artisou de Haute-Loire » sur la longue route vers l'AOP

Les producteurs de fromages fermiers à l'Artisou de Haute-Loire, réunis en association, s'engagent dans le périlleux dossier d'identification de leur produit.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les Artisous sont les acariens artisans de l’affinage du fromage fermier issu des fermes de Haute-Loire.
Les Artisous sont les acariens artisans de l’affinage du fromage fermier issu des fermes de Haute-Loire. - © M.Agnès Petit

En marche vers une AOP (appellation d'origine protégée)... Les producteurs de fromages fermiers à l'Artisou, qui font perdurer une tradition des fermes laitières de Haute-Loire et d'ailleurs, savent que le chemin sera long, mais ils croient en leur produit au point de s'être lancés depuis quelques mois dans le parcours à cette appellation. L'association départementale des producteurs de fromages fermiers à l'Artisou, présidée par Fabien Fabre de Saint-Jean-Lachalm, travaille à la collecte de toutes les données nécessaires pour répondre au cahier des charges demandé par l'Inao (Institut nationale des appellations d'origine). Une première rencontre avec des représentants de l'Inao en novembre 2017, a permis aux producteurs de mieux appréhender l'étendue du chantier qu'ils ont ouvert et surtout « de pointer les éléments sur lesquels ils devront être particulièrement vigilants. Fabien Fabre note que les membres de la commission de l'Inao qui s'est déplacé en Haute-Loire ont apprécié « la motivation et l'implication des agriculteurs », mais également « notre fromage ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1460, du 17 mai 2018, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.