Le Réveil Lozère 25 février 2015 à 08h00 | Par Annick Conté

Le Farm bill protégera-t-il les producteurs ?

En cas de crise laitière, les États-Unis ont prévu une assurance marge. Toute la question est de savoir si les producteurs s’inscriront à ce programme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Michel Portier

Le nouveau Farm bill mis en place aux États-Unis pour la période 2014-2018 fait parler. Il ne comporte pas de mécanisme de régulation des marchés et permet a priori d’adoucir les chocs liés à la volatilité des prix. D’après Daniel-Mercier Gouin, professeur à Québec, la nouvelle Pac ne prévoit rien en cas de crise ; « avec le Farm bill, les États-Unis définissent clairement ce qu’est une crise et offrent une protection de marge aux producteurs. Mais sera-t-il efficace en cas de crise laitière et surtout permettra-t-il aux producteurs de mieux résister. » Ce programme est volontaire, la protection de base est gratuite. Il suffit de s’inscrire, moyennant une cotisation de 100 dollars pour bénéficier automatiquement d’une compensation, si la marge prix du lait-coût de d’alimentation (en moyenne sur deux mois) descend en dessous de 4 dollars par cent livres (équivalent en euros : 7 centimes le litre). Les producteurs peuvent souscrire une protection supplémentaire payante allant jusqu’à 13 centimes le litre.

La suite dans le Réveil Lozère, page 8, édition du 26 février 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui