Le Réveil Lozère 07 juin 2017 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Le duo gagnant éleveur-consommateur

L’assemblée générale de Socaviac-Feder, organisée dernièrement, à Villefranche d’Allier a été l’occasion de valoriser le travail en filière, gage de durabilité selon Olivier Mével, consultant en stratégies alimentaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Millot et Bertrand Laboisse, directeur et président de Feder.
Michel Millot et Bertrand Laboisse, directeur et président de Feder. - © Sophie Chatenet

Pour aller de l’avant, il faut être bien calé sur ses deux jambes. C’est cette stratégie que déploie la coopérative Socaviac-Feder, et pour elle, l’une des jambes essentielles est celle de la compétitivité. En 2016, le groupe a poursuivi sa dynamique de massification des volumes produits tout en conservant des résultats stables, « fruit d’une politique d’investissements raisonnés, selon Michel Millot, directeur général du groupement. 95 389 bovins (soit +4 %) ont été commercialisés l’an passé du local à l’international, pour une valorisation optimale », a détaillé le directeur, lors de l’assemblée générale, organisée le 24 mai dernier, à Villefranche-d’Allier. En 2016, Feder a accompagné 370 de ses adhérents à hauteur de 10,1 millions d’euros (avances de trésorerie, prêts JA, places d’engraissement et ovin). « La segmentation est source de plus-value. Pour preuve, sur les trois dernières années, près de 3,5 millions d’euros ont été reversés aux éleveurs », s’est félicité Bertrand Laboisse, le président de Feder.
La filière ovine a également réalisé une belle performance dans une conjoncture très difficile avec un développement de +1,5 % (soit 162 718 ovins). Des démarches de qualité importante ont permis de dégager plus de 200 000 € de plus-values complémentaires.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1413, du 9 juin 2017, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui