Le Réveil Lozère 21 janvier 2015 à 08h00 | Par Sandra Hartmann (d'après Agrapresse)

Le crowdfunding en plein essor dans le monde agricole

Le principe se généralise dans le monde agricole. Il s’agit de financer l’activité agricole par une multiplicité d’apports individuels : parts, prêts avec ou sans taux d’intérêt ou sous forme de don contre don.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Monter une activité de fromagerie via le crowfunding est également tout à fait faisable.
Monter une activité de fromagerie via le crowfunding est également tout à fait faisable. - © L'Ermitage

Avec le développement du crowdfunding, le financement n’est plus la chasse gardée du secteur bancaire ou financier. Désormais, il est possible de soutenir des projets agricoles par le biais du financement participatif. Ce secteur est largement accompagné par le gouvernement qui y voit une manière de dynamiser l’économie. Depuis 2013, le crowdfunding est devenu petit à petit un outil utilisé par les agriculteurs et les acteurs du secteur agroalimentaire pour cofinancer leur projet. Exemple : le domaine Rozel, à Valaurie (dans la Drôme), qui possède 30 ha de vignes et 60 ha de céréales et lavandes bio, a lancé une opération de financement participatif pour replanter une ancienne parcelle sur un hectare. Il a réuni, fin 2014, 11 000 euros. Le principe : proposer aux internautes de parrainer un pied de vigne de la plantation de cépage roussane. Au départ, Mathieu Rozel, l’exploitant, a initié ce projet pour fêter l’anniversaire du domaine Rozel, créé en 1464, et permettre aux amateurs, en fonction de leurs moyens, de participer à une aventure humaine : « L’idée était de trouver un événement qui permette de mobiliser nos clients et plus largement notre réseau qui semblait intéressé par cette démarche. La campagne de financement a été lancée sur la plateforme kisskissbankbank.com, l’objectif de récolter 9 000 euros en trois mois, du 1er avril à fin mars, a été dépassé. » En contrepartie, pendant trois années, les 60 contributeurs vont suivre étape par étape la vie de leur parcelle, de la taille jusqu’à la première vendange et surtout, pour ceux qui ont contribué plus largement (jusqu’à 500 euros), ils recevront des caisses de bouteilles, avec leur nom inscrit sur l’étiquette. Plus proche de nous, en Lozère à Mende, trois entrepreneurs ont sollicité la participation des internautes sur la plate-forme ulule.com pour monter une actitivé de micro-brasserie. La 48, déclinée en blonde, ambrée et blanche a remporté tous les suffrages. Les fonds ont été levés avec succès, le projet a été financé à plus de 138 % : 4 150 euros ont été récoltés pour une demande initiale de 3 000 euros. Les contributeurs auront donc droit à leur décapsuleur, leur t-shirt, leur bouteille personnalisée, etc. Fonction toujours de la somme de départ.

La suite dans le Réveil Lozère, page 9, édition du 22 janvier 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui