Le Réveil Lozère 27 juin 2018 à 10h00 | Par Alison Pelotier

Le cheval, un allié pour l’esprit

Le soin par le cheval se démocratise depuis une vingtaine d’années dans la pratique d’une poignée de professionnels de santé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La prise en charge par l’intermédiaire du cheval peut venir en aide aux personnes souffrant de troubles multiples.
La prise en charge par l’intermédiaire du cheval peut venir en aide aux personnes souffrant de troubles multiples. - © Alison Pelotier

« Le contact avec les chevaux m’a beaucoup apporté. Je pense qu’ils ont vraiment un rôle à jouer dans le soin et la relation au patient ». Nina Maroglou est une psychologue un peu particulière. Son lieu de travail ne ressemble pas à un cabinet classique, il se situe en plein cœur du parc naturel du Pilat. C’est au haras de Préjeurin à Echalas (Rhône) que cette psychologue donne rendez-vous aux patients qui souhaitent découvrir l’équithérapie. La prise en charge par l’intermédiaire du cheval peut venir en aide aux personnes souffrant de troubles du sommeil mais peut tout aussi être efficace pour lutter contre les phobies scolaires, les difficultés relationnelles ou encore le stress dû à un évènement traumatisant.

Un partenaire de soin idéal
Si cette jeune thérapeute s’adresse à un public varié, sa spécialisation sur le thème de la médiation équine et de l’autisme lui a donné la possibilité d’accompagner de près des enfants atteints de troubles psychiatriques. Depuis septembre, tous les mardis, elle consacre son après-midi à des petits groupes de jeunes inscrits à l’association Éclat de rire, un centre d’accueil de jour spécialisé dans le poly handicap.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1466, du 28 juin 2018, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui