Le Réveil Lozère 20 mars 2019 à 15h00 | Par Pierre-Louis Berger

Le chant des appeaux

Dans le Diois (Drôme), Jean-François Morel fabrique depuis 47 ans des appeaux dans sa ferme isolée. Il reconstitue le chant des oiseaux et développe une méthode pédagogique pour leur parler, les reconnaître et les imiter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Pierre-Louis Berger

Une route se faufile à travers de petits défilés dans la région du Diois, en Drôme. Elle conduit au village de Beaumont-en-Diois, une commune rurale d’une centaine habitants. La route étroite s’enfonce dans la forêt. Face à une bergerie et à un camping municipal isolé, un chemin mène à la ferme de Jean-François Morel qui domine la vallée étroite dans un paysage de western. On est loin du monde et proche de la nature. Jean-François Morel, 66 ans, qui ballade ses yeux bleus sur ses petits précieux objets en bois ciselés, tournés, taillés, fait visiter ses différents ateliers. Il a baptisé son entreprise « Quelle est belle company » qui propose dans son catalogue 50 sortes d’appeaux. « Je commercialise 60 modèles différents notamment à l’étranger, aux USA, à New-York, au Japon, en Belgique, en Grèce. Je travaille actuellement sur une série d’appeaux pour l’Australie », précise-t-il. Jean-François Morel travaille depuis près de 47 ans avec un soin méticuleux les appeaux qu’il invente et fabrique surtout la nuit. Il réalise des prototypes, fait de multiples essais avant de trouver la bonne sonorité, le bon cri, le chant parfait de l’alouette des champs, de la bécasse, de la caille des blés, de la chouette chevêche, du merle noir, du coucou gris…

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1502, du 21 mars 2019, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui