Le Réveil Lozère 30 décembre 2019 à 17h00 | Par Agrafil

Le CGAAER estime nécessaire de s’intéresser aux bioressources aquatiques

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le CGAAER (Conseil général de l’agriculture) vient de publier un rapport sur le développement de la bioéconomie « bleue », dans lequel il estime nécessaire de s’intéresser aux bioressources aquatiques. Au cours de cette mission, commandée par le ministère de l’Agriculture, il a évalué trois gisements de matières premières valorisables : les coproduits des poissons de mer et de pisciculture, les coproduits des coquillages et mollusques, et les algues. Les coproduits de poissons représentent 190 000 tonnes, valorisés principalement en alimentation animale, mais les auteurs du rapport considèrent « qu’un équilibre entre valorisations basiques et à forte valeur ajoutée va s’établir, avec progression de ces dernières ». Ces coproduits renferment des protéines à haute valeur nutritive, des omégas 3, des vitamines, des antioxydants, des minéraux. Sur les 160 000 tonnes de coproduits des coquillages et mollusques, 30 à 40 000 tonnes sont réellement disponibles et peuvent être valorisées en engrais, alimentation animale, traitement de l’eau. Le gisement français des algues quant à lui est très en deçà des perspectives du marché, qui sont très vastes du fait de la diversité génétique et de celle des usages. Les coûts de récolte des macro-algues sont faibles, et les rendements des micro-algues peuvent atteindre cent tonnes par hectares et par an.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui