Le Réveil Lozère 17 janvier 2017 à 08h00 | Par Sabrina Khenfer

Le Cévenol sauvé, l’Aubrac doit encore faire ses preuves

Début janvier, Aurélie Maillols, vice-présidente de la région en charge de la montagne et de la ruralité et Jean-Luc Gibelin, chargé de la mobilité et des infrastructures de transports, sont venus restituer à Mende les conclusions des États généraux du rail et de l’intermodalité, enclenchés en février. Verdict, le Cévenol est sauvé, l’Aubrac est en sursis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Cévenol continuera de fonctionner. Reste l’Aubrac dont il est question de faire un moyen de promotion du territoire pour montrer son utilité.
Le Cévenol continuera de fonctionner. Reste l’Aubrac dont il est question de faire un moyen de promotion du territoire pour montrer son utilité. - © Hélène Mariaud-Viala

Les discussions furent « serrées » avec l’État et la SNCF. Mais Jean-Luc Gibelin et Aurélie Maillols se sont montrés plutôt satisfaits à l’heure de présenter les conclusions des États généraux du rail et de l’intermodalité, notamment sur l’avenir du Cévenol et de l’Aubrac, menacés depuis plusieurs années. « Le 1er janvier 2018, la Région prendra en charge la maintenance et la gestion du Cévenol, explique Jean-Luc Gibelin. Nous avons obtenu de l’État qu’il continue à assurer l’état des infrastructures et qu’il participe au déficit d’exploitation jusqu’en 2022. Il s’est également engagé à renouveler le matériel avec trois nouvelles rames, mises en service en janvier 2018. » Sauvé, donc, le Cévenol ! À tel point qu’il est question de mettre rapidement en place un Paris-Marseille. L’Aubrac, en revanche, reste en sursis, pendu au fil d’une expérimentation qui devrait s’étendre sur deux ans et durant laquelle la preuve de son utilité devra être faite. « Nous devons démontrer son intérêt pour les voyageurs, les scolaires et le fret. » Concernant le voyage, la Région envisage par exemple d’en faire un moyen de promotion du territoire et de découverte de ses ouvrages d’art. « Nous devons aussi prouver l’importance d’un train quotidien et hebdomadaire avec Montpellier et Toulouse pour les scolaires. Quant au fret, nous allons rencontrer les entreprises pour envisager l’utilisation du fer plutôt que de la route, partout où l’on peut avoir une liaison entre Clermont-Ferrand et Béziers, mais aussi sur de plus petits parcours ».

La suite dans le Réveil Lozère, page 3, édition du 19 janvier 2017, numéro 1393.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui