Le Réveil Lozère 06 novembre 2019 à 10h00 | Par MR

Le budget 2020 gonflé par les crises

L’Assemblée vient d’adopter le budget 2020 de l’État pour l’agriculture, en légère hausse pour faire face à la peste porcine, à Xylella fastidiosa et au Brexit.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les députés ont adopté, dans la nuit du 28 au 29 octobre, le projet de budget 2020 pour l’agriculture. Avec 4,8 milliards d’euros, l’enveloppe du ministère de l’Agriculture augmente de 1 % pour 2020. Ce budget prévoit notamment un renforcement de la prévention des risques sanitaires, et le maintien d’une réserve pour faire face à d’éventuelles crises.
Cette somme « nous donne les moyens de nos ambitions » avec la « martingale gagnante » : « compétitivité, recherche, et innovation-transition », s’est félicité le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, devant les députés. Lors d’un long débat, marqué par quelques tensions dans la dernière ligne droite, le gouvernement a eu le soutien de la majorité LREM-MoDem. Dans l’opposition, Jérôme Nury (LR) a lui dénoncé un budget qui « ne redonne ni espoir, ni moyens, ni perspectives ».
L’exercice 2020 est en phase avec une partie de l’actualité agricole. L’évolution la plus notable est l’augmentation de 27 millions d’euros des dépenses affectées à la sécurité sanitaire, pour faire face aux conséquences d’un éventuel hard Brexit et au développement de deux fléaux sanitaires, la peste porcine africaine (peste porcine africaine) et la bactérie Xylella fastidiosa (arboriculture).

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1533, du 7 novembre 2019, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Le statut du fermage est devenu trop compliqué, trop strict, et les propriétaires cherchent à s’en détourner

Explique Jean Terlier, ancien avocat spécialisé en bail rural. La première réunion de la mission parlementaire sur le statut juridique des baux ruraux s’est tenue le 11 février, animée par ses co-rapporteurs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui