Le Réveil Lozère 10 janvier 2018 à 08h00 | Par Actuagri

Le Brexit rend l’UE à 27 plus exposée aux exportations néo-zélandaises

L’Union européenne reste le premier débouché des exportations de viande ovine néo-zélandaise. Mais le Brexit, selon l’Institut de l’élevage, met actuellement en suspens près de la moitié des livraisons de viande destinées au Royaume Uni.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Institut de l’élevage

L’institut de l’élevage a publié une étude intitulée « À l’export, la filière ovine néo-zélandaise a encore de la ressource ! ». À l’export, celle-ci est à la fois attirée par les marchés asiatiques et moyen-orientaux à fort potentiel de croissance et par le marché européen, sûr et rémunérateur. Mais les premiers sont à la merci de décisions gouvernementales arbitraires, pouvant mettre fin à tout échange commercial, tandis que l’Union européenne est un débouché sur le déclin. Or, La Nouvelle-Zélande exporte 389 000 téc (tonnes équivalent carcasse), soit 85 % de sa production annuelle (454 000 téc en 2016), ce qui la met en seconde place au niveau mondial après l’Australie (432 000 téc). Même avec des volumes exportés inférieurs de 25 % à leur niveau de 2008 depuis plusieurs années (le quota d’importation de 228 000 téc partiellement atteint à hauteur de 70 %), l’Union européenne reste le premier débouché néo-zélandais avec 37 % en volumes et 47 % en valeur. Cependant, le débouché européen est déséquilibré car le Royaume-Uni est la destination de près de la moitié des volumes expédiés.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1442, du 11 janvier 2018, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Les Marchés de gros de France subissent une diminution de plus de 50 % de leur activité pour une majorité d’entre eux.

depuis le début des manifestations des « Gilets jaunes », indique dans un communiqué vendredi 7 septembre la fédération des marchés de gros de France (FMGF).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui