Le Réveil Lozère 26 juillet 2016 à 08h00 | Par François-Xavier Simon

Le Brexit aura des conséquences sur la Pac

La sortie du Royaume-uni de l’UE, dont Londres pourrait officialiser la demande plus rapidement que prévu, aura, selon une étude publiée par le Parlement européen, un impact sur la configuration de la Pac après 2020.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Brexit signifie Brexit et nous en ferons un succès, déclare Theresa May, la Première ministre du Royaume-uni. Je ne saurais être plus claire : il n’y aura pas de tentative pour rester au sein de l’UE, pour revenir par la porte dérobée ».
« Brexit signifie Brexit et nous en ferons un succès, déclare Theresa May, la Première ministre du Royaume-uni. Je ne saurais être plus claire : il n’y aura pas de tentative pour rester au sein de l’UE, pour revenir par la porte dérobée ». - © Uk Home office

« La négociation de nouveaux arrangements commerciaux et financiers entre l’Union et le Royaume-uni à la suite du Brexit influencera l’élaboration de la Pac post 2020 », prévient Alan Swinbank, de l’université britannique de Reading, dans une étude sur les interactions entre la politique extérieure, l’UE et la Pac, publiée par le Parlement européen et destinée à sa commission de l’agriculture. Selon l’auteur, il s’agira de l’un des trois facteurs principaux qui auront un impact sur la future Pac, les deux autres étant « la nécessité de renforcer le verdissement et l’évolution géopolitique sur les flancs sud et est de l’Union. Ce qui pourrait se traduire par des demandes d’accès amélioré pour les produits agroalimentaires en provenance de ces régions. » Le budget de l’Union sera plus resserré une fois que la contribution nette de Londres, soit six milliards d’euros en moyenne au cours des dernières années, aura disparu. À moins que le Royaume-uni ne puisse être persuadé de payer une indemnité importante d’une ampleur comparable pour s’assurer l’accès au marché unique, comme le font les membres non UE de l’Espace économique européen comme l’Islande, la Norvège ou le Liechtenstein. Bien que cette contribution ne représente qu’une partie relativement faible du budget européen, qui s’établit à 155 milliards pour 2016, « sa perte devra être prise en compte dans le budget post 2020, ce qui pourrait aboutir à une réduction des crédits pour la Pac », estime Alan Swinbank.

La suite dans le Réveil Lozère, page 9, édition du 28 juillet 2016, numéro 1370.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui