Le Réveil Lozère 17 décembre 2014 à 08h00 | Par Patricia Oliveri

Le bonheur autour de la gerle

Yannick Navarro a décidé en 2009, année de crise laitière, de parier sur la transformation fromagère. Trois ans après sa première pièce de Salers, il construit une cave d’affinage pour maîtriser son produit de A à Z.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Yannick Navarro a décidé en 2009, année de crise laitière, de parier sur la transformation fromagère.
Yannick Navarro a décidé en 2009, année de crise laitière, de parier sur la transformation fromagère. - © Patricia Oliveri

Son seul regret : ne pas s’être lancé dans la transformation fromagère plus tôt. Quand il s’installe en 2007 en Gaec avec son père Henri, sur les hauteurs de Polminhac (15) à 700 m d’altitude, Yannick Navarro n’imagine pas que les marchés laitiers vont profondément modifier son projet professionnel. Bénéficiant d’attributions laitières confortées par des achats, le Gaec atteint rapidement une production de 320 000 litres avec 50 Prim’Hostein. « 2008 était une année qui avait assez bien marché, mais avec la crise laitière qui a suivi, cela devenait très juste pour dégager deux revenus, se rappelle Yannick. Soit on s’agrandissait, soit on revalorisait le prix de notre lait via la transformation. »

La seconde option va rapidement s’imposer aux deux associés. En octobre 2010, après seulement trois jours de formation à l’Énilv d’Aurillac, des visites chez plusieurs producteurs et en s’appuyant sur les conseils techniques du comité interprofessionnel des fromages, Yannick met à cailler sa première traite dans une gerle (récipient en bois lié à l’AOP Salers). Un véritable challenge pour le Gaec qui a investi 150 000 euros dans un atelier de transformation, en s’appuyant sur 50 000 euros d’aides.

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 18 décembre 2014

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.