Le Réveil Lozère 12 juillet 2016 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

Le bon compromis entre réchauffement climatique et peuplement forestier

Les assises de la forêt privée se sont tenues le 4 juillet à Meyrueis. Coopérative et syndicat se retrouvent sur de nombreux sujets parmi lesquels la politique de reboisement ou l’importance de l’équilibre sylvo-cynégétique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sandra Hartmann

L’Occitanie est une grande région forestière, elle fait 2,6 millions d’hectares. Sa production de bois est d’environ 10 millions de mètres cubes avec des prélèvements de 2,2 millions de mètres cubes. Le département assure plus de 10 % de la production régionale et 15 % des prélèvements. « La production est satisfaisante, nous n’avons pas de souci pour écouler les coupes dès lors qu’elles sont accessibles », souligne Jean-Pierre Lafont, le président du syndicat lozérien de la forêt privée, structure portant désormais le nom de Fransylva Lozère. Le nombre d’adhérent est sensiblement le même que l’an passé, ils sont 400 pour 15 000 hectares. La coopérative de la forêt privée lozérienne et gardoise et présidée par Alexis Bonnal, elle compte 2 372 adhérents pour 48 991 hectares. Les deux entités, bien que complémentaires, ne remplissent toutefois pas les mêmes desseins. Fransylva Lozère valorise et défend le patrimoine forestier, encadre la formation sylvicole de ses adhérents. « Nous revendiquons le statut d’animateur des territoires forestiers de la Lozère, continue Alexis Bonnal, avec une dimension économique, environnementale et sociale. Nous conseillons nos adhérents dans la gestion et la mise en œuvre d’opérations sylvicoles, tout en jouant parfois les médiateurs entre les différents usagers de la forêt que sont les agriculteurs et les chasseurs. » Jean-Pierre Lafont, lui, plaide pour « un dialogue constructif avec les chasseurs pour un bon équilibre sylvo-cynégétique ». La restauration de l’état boisé est souvent contrariée par les cervidés, les propriétaires renonçant aux travaux et optant pour la régénération naturelle avec des résultats qui ne sont pas toujours garantis, tant la pression du grand gibier est excessive. Une récente rencontre entre forestiers et chasseurs a permis de caler plusieurs choses : « Que les forestiers n’hésitent pas à signaler les dégâts aux sociétés de chasse locales qui les feront ensuite remonter à la fédération. Il est aussi nécessaire que les plans de chasse soient réalisés en fonction de la densité du gibier et surtout tenus. »

La suite dans le Réveil Lozère, page 4, édition du 14 juillet 2016, numéro 1368.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Un renforcement des ambitions environnementales et climatiques de la Pac ainsi que du bien-être des animaux devrait aller de pair avec la mise à disposition de fonds appropriés pour leur mise en œuvre.

écrivent les ministres de l’Agriculture français (Didier Guillaume), allemande (Julia Klöckner) et polonais (Jan Krzysztof Ardanowski), dans une déclaration commune.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui