Le Réveil Lozère 28 novembre 2018 à 15h00 | Par Agrafil

Lait de pâturage : l’interprofession fixe une durée minimale de 120 jours « pâturés »

Abonnez-vous Réagir Imprimer

De sources syndicales concordantes, le Cniel (interprofession laitière) s’est accordé sur un cahier des charges encadrant la définition du terme « lait de pâturage » par les entreprises du secteur. Il fixe une durée minimale de pâturage, à 120 jours par an, à raison de 6 heures par jour. Ce plancher devra être respecté par chaque éleveur et non pas par un ensemble d’éleveurs collectés, précise André Bonnard, secrétaire général de la FNPL (producteurs). Par exemple, la définition jusqu’ici retenue par l’Association bretonne lait de pâturage est une moyenne de 150 jours de pâturage calculée sur l’ensemble des éleveurs de la démarche. Ce cahier des charges fait partie intégrante du plan de la filière laitière et ne sera publié que dans le cadre d’un accord plus global (indicateurs de coûts de production et de prix, répartition de la valeur, montée en gamme) qui n’a pas encore été trouvé au sein de l’interprofession.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Malgré une interdiction de principe de l’utilisation de certains pesticides en période de floraison, plus de la moitié de leurs usages bénéficient de dérogations.

alerte l’Unaf (union nationale de l’apiculture française) dans un communiqué du 20 mai, journée mondiale des abeilles.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui