Le Réveil Lozère 14 février 2018 à 10h00 | Par Patricia Olivieri

Laisser respirer les pâtes persillées

L’étude Fropack pilotée par le pôle fromager AOP Massif central a remis en cause les stratégies d’emballage des portions de bleu d’Auvergne et fourme d’Ambert.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le programme Fropack amène à revoir les stratégies d’emballage
Le programme Fropack amène à revoir les stratégies d’emballage - © P. Olivieri

Jusqu’à présent, tous les experts en étaient persuadés : pour conserver une tranche de bleu d’Auvergne ou de sa cousine persillée la fourme d’Ambert, il fallait l’empêcher de respirer, priver ses micro-organismes d’oxygène pour stopper leur développement et les échanges gazeux. D’où des portions emballées sous vide. Sauf que même en étouffant scrupuleusement cette flore endogène, ces pâtes persillées avaient bien du mal à atteindre les 40 jours de conservation, présentant des défauts de tenue. D’où une présence timide de ces deux appellations auvergnates dans les linéaires de libre-service. « L’enjeu était bien, en améliorant la conservation de ces AOP emballées en portions, d’aller chercher des parts de marché et des places dans les linéaires de la grande distribution », indique Nicolas Cussac, président du pôle fromager AOP Massif central.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1447, du 15 février 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Alors que la population agricole décroît, nous avons les moyens de donner envie aux jeunes générations non issues du monde agricole de nous rejoindre pour un nouveau projet de vie en s’installant en agriculture biologique.

a déclaré Guillaume Riou, à l’occasion de sa réélection à la présidence de la fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab).