Le Réveil Lozère 20 février 2019 à 16h00 | Par La forêt privée

Laisser des vieux arbres et des arbres morts en forêt, pour quoi faire ?

La forêt est un écosystème complexe régi par de très nombreuses interactions biologiques entre les végétaux, les animaux, les champignons et les organismes microscopiques. Chacun contribue au bon fonctionnement de l’écosystème.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
40 % des éspèces dépendantes des bois morts sont aujourd’hui menacées.
40 % des éspèces dépendantes des bois morts sont aujourd’hui menacées. - © DR

Les arbres ne pourraient pousser et se défendre seuls ; ils comptent sur de nombreux alliés. Parmi ces derniers, on peut citer les invertébrés et champignons qui décomposent la matière organique morte (feuilles, bois morts, etc.) et qui permettent le retour au sol de précieux éléments minéraux immobilisés dans cette matière, sans lesquels la fertilité diminuerait.
Il y a aussi les nombreux oiseaux et mammifères qui participent à la régulation de « pathogènes » pouvant causer des dégâts importants aux arbres. par exemple, la mésange charbonnière et la chauve-souris Barbastelle d’Europe sont des prédatrices de la chenille processionnaire. On ne saurait oublier également les insectes pollinisateurs (abeilles, bourdons, papillons, mouches, coléoptères, etc.), qui permettent la régénération des végétaux, dont un certain nombre d’arbres, en participant à la reproduction sexuée des fleurs.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1498, du 21 février 2019, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui