Le Réveil Lozère 15 mai 2019 à 10h00 | Par AL

Lactips réinvente la caséine de lait

Un plastique biodégradable, hydrosoluble et comestible fabriqué à partir de protéine de lait, c’est l’innovation de la société Lactips installée à Métrotech à Saint-Jean-Bonnefonds (42).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À partir de caséine, Lactips produit des petites billes de plastique utilisées par les industriels pour former des emballages biodégradables, hydrosolubles et comestibles.
À partir de caséine, Lactips produit des petites billes de plastique utilisées par les industriels pour former des emballages biodégradables, hydrosolubles et comestibles. - © AL

Et si la protéine de lait reprenait sa place en tant que composant de matériaux  ? C’est en tout cas ce en quoi a cru Frédéric Prochazka, chercheur à l’université Jean Monnet de Saint-Étienne quand il a développé une matière plastique à partir de caséine. Cette protéine était autrefois utilisée comme liant dans les peintures et comme polymère, macromolécule naturelle ou synthétique. Délaissée pour les produits pétroliers, elle pourrait bien retrouver ses lettres de noblesse grâce à l’entreprise Lactips. L’histoire débute en janvier 2014 quand le parcours universitaire de Frédéric Prochazka rencontre celui de Marie-Hélène Gramtikoff, plasturgiste de formation et spécialiste en stratégie d’entreprise. Elle voit dans ce matériau un potentiel énorme. À partir de là, tout s’enchaîne avec une rapidité impressionnante. La société est créée en avril de cette même année, en tant que fabricant de matières premières plastiques.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1510, du 16 mai 2019, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui