Le Réveil Lozère 25 janvier 2018 à 01h00 | Par ED

Lactalis, le gouvernement renforce le cadre juridique des autocontrôles

À la suite de la crise sanitaire que vit le groupe Lactalis, plutôt gérée par Bruno Le Maire, Stéphane Travert a cependant pris la parole pour annoncer une modification du cadre juridique des autocontrôles et un « plan de contrôle » de l’ensemble des sites de production de lait infantiles sur le territoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Contrôle », tel est le terme principal qui ressort de l’intervention de Stéphane Travert, à la suite de la réunion avec l’ensemble des membres de la filière laitière, le 16 janvier. Il a en effet annoncé le renforcement du cadre juridique des autocontrôles effectués par les entreprises. Ainsi ces dernières auront l’« obligation de transmettre aux services de l’État les résultats des contrôles défavorables » tant sur les produits que sur l’environnement. Une obligation qui s’appliquera aussi aux laboratoires d’analyses réceptionnant ces autocontrôles. Cette annonce fait suite à la crise sanitaire vécue par le groupe Lactalis à la suite de salmonelles détectées dans des produits infantiles mis sur le marché. Quelques mois plus tôt, l’entreprise avait eu des résultats positifs à la présence de salmonelles dans l’environnement de son usine de production à Craon dans le cadre de deux autocontrôles. Mais elle n’avait pas eu l’obligation légale d’alerter l’État.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1444, du 25 janvier 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui