Le Réveil Lozère 29 novembre 2017 à 08h00 | Par JA48

Lac de Naussac : triple peine pour les agriculteurs

Au vue des récentes problématiques agricoles autour du lac de Naussac, les Jeunes agriculteurs du département appellent à faire remesurer la superficie du lac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JA48

Suite au premier choc pétrolier des années 70, l’État décide de réduire sa dépendance énergétique et crée des centrales nucléaires un peu partout dans l’Hexagone. Un barrage est alors construit à Naussac afin de refroidir les centrales desservies par la Loire. Au début des années 80, à la mise en eau du lac, le village de Naussac est supprimé des cartes et des dizaines d’agriculteurs sont alors réinstallés avec l’aide de la Safer. Bon nombre de ces agriculteurs quittent même le département et sont réinstallés dans l’Allier. C’est le monde agricole qui a payé le plus lourd tribut à la construction de cet ouvrage mais l’histoire ne s’arrête pas là.
En 2015, la communauté de communes de Langogne décide de mettre en œuvre le plan local d’urbanisme intercommunal. La mise en application de la loi Littoral impacte alors directement la construction de bâtiments agricoles autour du lac. Les JA et les organisations agricoles du département étaient à l’époque montés au créneau mais les élus locaux n’avaient pas suffisamment entendu les arguments légitimes mis en avant par la profession agricole. L’impossibilité pour des jeunes agriculteurs du secteur de Briges de construire leur bâtiment d’élevage à proximité de leur exploitation en a été une des conséquences directes.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1436, du 30 novembre 2017, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.