Le Réveil Lozère 17 octobre 2018 à 10h00 | Par Valérie Godement

La viande bio séduit malgré son prix

La commission bio d’Interbev et l’association nationale interprofessionnelle de l’élevage et des viandes viennent de livrer les résultats de leur étude annuelle sur les consommateurs et la viande bio réalisée par l’Ifop.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les magasins spécialisés sont le deuxième distributeur de viande bio après les grandes et moyennes surfaces.
Les magasins spécialisés sont le deuxième distributeur de viande bio après les grandes et moyennes surfaces. - © P. Cronenberger

Cette 4e vague fait apparaître que 96 % des Français interrogés déclarent consommer de la viande, qu’elle soit bio ou pas. Ce chiffre n’a pas changé par rapport à 2017. Pour autant, il existe des variations en termes de régularité : si 21 % en mangent tous les jours ou presque, cette proportion tend à diminuer au fil des années (22 % en 2017, 27 % en 2016 et 28 % en 2015). Parmi les personnes sondées déclarant manger de la viande, 74 % consomment de la viande bio, au moins de façon occasionnelle, soit trois points de plus que l’an dernier. Ce chiffre a augmenté de 15 points en quatre ans. La fréquence de consommation est elle aussi en progression : ils sont 3 % à ne manger que de la viande bio (contre 2 % en 2017) et 24 % le font lorsqu’ils en trouvent (21 % en 2017).
L’enquête, en proposant des questions ouvertes, a cherché les raisons poussant les Français à opter pour la viande bio. Un quart des sondés y associe une image positive liée à la qualité du produit et à son goût. Par ailleurs, l’aspect santé (23 %) est souvent mentionné, en particulier le côté sain de la viande bio. Les consommateurs interrogés évoquent aussi le bien-être animal (15 %) et les conditions d’élevage qualitatives. Le respect de l’environnement est cité par seulement 12 % des Français. Lorsque des propositions sont suggérées aux interviewés, les réponses sont très similaires. Ils associent alors la viande bio au bien-être animal (43 %), à ses bénéfices pour la santé (42 %), à une image positive en termes de qualité et de goût (30 %) ainsi qu’au respect de l’environnement (23 %). Ces qualités découlent de la perception qu’ils ont de l’élevage bio qui leur évoque le bon traitement réservé aux animaux (59 %), des pratiques d’élevage optimales (42 %), des méthodes de production exigeantes (19 %) et une vraie volonté de préserver l’environnement (16 %).

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1480, du 18 octobre 2018, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui