Le Réveil Lozère 06 mars 2019 à 09h00 | Par Roland Saint Thomas

La variation continue pour les télescopiques

Plusieurs constructeurs proposent désormais la transmission à variation continue sur leurs machines. Une technologie plus proche de l’hydrostatique que de la vraie CVT, au sens où l’entendent les tractoristes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

La transmission hydrostatique des télescopiques a souvent été décriée dans le monde des constructeurs qui lui opposait son manque de rendement. La plupart des ventes s’orientaient alors vers une transmission mécanique avec convertisseur de couple qui était jugée plus puissante et plus apte au transport, d’autant plus quand il était rajouté un doubleur powershift. Le constructeur Merlo, entre autres, n’a jamais dérogé à son choix pour l’hydrostatique.

Une vario hydraulique
Depuis quelques années, la plupart des constructeurs de télescopiques proposent à leur catalogue une transmission qu’ils appellent indûment à « variation continue ». Elle n’a pourtant rien de commun avec la dérivation épicycloïdale de la vitesse de sortie d’un arbre de boîte, au sens où le conçoivent les tractoristes.
Ces transmissions dites « vario » ne sont en fait que des transmissions hydrostatiques dotées d’un deuxième moteur hydraulique qui se débraye automatiquement au-delà de 18 ou 20 kilomètres à l’heure grâce à des embrayages multidisques pilotés par l’électronique. À basse vitesse, ce deuxième moteur à grand-angle de plateau, 45° et à pistons radiaux fournit du couple à la machine pour des travaux lourds tels que le chargement.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1500, du 7 mars 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La situation générale des nappes au 1er mars 2019 traduit une période de recharge hivernale déjà bien entamée mais encore peu active.

indique le 15 mars le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui