Le Réveil Lozère 06 mars 2018 à 16h00 | Par Laurence Sagot, Institut de l’élevage-Ciirpo

La synchronisation des chaleurs au printemps

La synchronisation des chaleurs reconstitue le cycle sexuel de la brebis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avec cette méthode, la majorité des brebis met bas en trois ou quatre jours.
Avec cette méthode, la majorité des brebis met bas en trois ou quatre jours. - © Ciirpo

Mise au point au début des années 1970, la synchronisation des chaleurs consiste à reconstituer le cycle sexuel de la brebis par l’intermédiaire d’un traitement hormonal en deux étapes : une éponge vaginale suivie d’une injection de PMSG à son retrait. L’éponge libère le progestagène et bloque le cycle de la brebis pendant 14 jours. La femelle peut être indifféremment au repos sexuel ou bien déjà cyclée. La PMSG libère les deux hormones responsables de l’ovulation. La brebis peut alors être soit inséminée 55 heures après l’injection, soit luttée 48 heures après. Cette méthode présente l’avantage d’être applicable à toutes les races de brebis ainsi qu’aux adultes comme aux agnelles. Les mises-bas sont groupées sur dix jours. Le coût de la synchronisation (éponge + PMGS) est d’environ 5 € par brebis. Un taux de fertilité supérieur à 70 % est considéré comme très correct.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui