Le Réveil Lozère 02 novembre 2016 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

La succession d’épisodes climatiques extrêmes va modifier les parcours agronomiques

Lancé à la fin de l’année 2015 et porté par le Sidam en collaboration avec les chambres d’agriculture du Massif central, le projet AP3C (adaptation des pratiques culturales au changement climatique) vise à sensibiliser les acteurs du monde agricole à la question du changement climatique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les sécheresses de ces dernières années sont une des réalités du changement climatique.
Les sécheresses de ces dernières années sont une des réalités du changement climatique. - © Le Réveil Lozère

Le projet AP3C est né d’un constat fait sur le terrain par les agriculteurs et les conseillers : le changement climatique est déjà une réalité sur nos territoires avec une perturbation des calendriers de travail ou encore la multiplication d’épisodes météorologiques extrêmes (sécheresses, canicules, etc.). Afin de ne plus être seulement dans la réaction face à ces aléas et de pouvoir procéder à des choix stratégiques prenant en compte cette nouvelle donne, une approche combinant expertise climatique et expertise agronomique est portée par huit chambres d’agriculture en lien avec l’Institut de l’élevage. Vincent Cailliez, climatologue à la chambre d’agriculture de la Creuse est chargé de l’expertise climatique. Il s’appuie sur l’analyse de l’évolution de différents paramètres météorologiques relevés chaque jour, entre 1980 et 2015, sur un réseau d’environ cent stations réparties dans le Massif central. L’utilisation d’un générateur conçu pour être compatible avec les évolutions réellement observées sur la période de recueil des données permet de réaliser 10 000 projections probables jusqu’à l’horizon maximal de 2050. Les premiers résultats agronomiques devraient arriver au premier trimestre 2017. L’étude est consultable sur le site sidam-massifcentral.fr, lien direct : https://lc.cx/opAB.

La suite dans le Réveil Lozère, page 7, édition du 3 novembre 2016, numéro 1382.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui