Le Réveil Lozère 13 février 2019 à 14h00 | Par Sophie Chatenet

La rémunération, ultime rempart à la décapitalisation

La décapitalisation du cheptel bovins viande à l’œuvre depuis une dizaine d’années s’accélère. Comment enrayer le déclin ? Par les prix, répondent unanimement les acteurs de la filière. Reste à passer aux travaux pratiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Entre interventions et échanges, la table ronde a été unanimement appréciée.
Entre interventions et échanges, la table ronde a été unanimement appréciée. - © Aurélie Pasquelin

Selon une étude de l’Institut de l’élevage, les cheptels de plus de vingt vaches ont fortement diminué depuis 2017, avec toutefois une stabilisation du nombre de têtes par élevage. « 50 % des éleveurs de bovins viande ont plus de 50 ans, et détiennent 50 % du cheptel français », résume Dominique Fayel, éleveur aveyronnais et membre du bureau de la Fédération nationale bovine (FNB). Ce vieillissement des troupes d’éleveurs est plus marqué dans les bassins de l’Ouest, du Grand-Est et en Limousin. Pour autant, s’achemine-t-on vers un scénario de type ovins avec moins d’exploitations, et moins de bêtes, et donc un déclin inéluctable de la production ? Les professionnels réunis, à Mende, dans le cadre du congrès de la FNB, apportent une réponse nuancée à cette vision de déclin assuré.

« Le consommateur paye 20 % plus cher, alors que l’éleveur touche 40 % de moins »
D’abord sur le constat, les travaux de l’Inra, détaillés par Patrick Veyssier sont relativement éclairants : « L’efficience technique des systèmes de production a baissé. Certes, on produit deux fois plus de viande par éleveur, mais pour une même production de viande à l’hectare on utilise 40 % de concentrés de plus qu’il y a trente ans, 1 % de plus de gasoil par an ». Autrement dit, le capital humain a été remplacé par des biens, et du capital, tandis qu’en euro constant, le revenu par travailleur n’a pas bougé depuis trente ans.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1497, du 14 février 2019, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui