Le Réveil Lozère 10 novembre 2015 à 08h00 | Par Jean-Christophe Detaille

La réduction des pesticides en agriculture

Stéphane Le Foll a présenté le 4 novembre la mise en oeuvre d’Ecophyto 2. Une nouvelle version du plan réaffirmant l’objectif de réduction de 50 % du recours aux produits phytosanitaires en dix ans. Le principal défi est de diffuser largement les techniques et les systèmes économes et performants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Gabriel Omnès

Ecophyto 2 décline une trentaine d’actions en six axes visant à faire évoluer les pratiques et les systèmes agricoles. Le plan s’appuie sur l’amplification des efforts de recherche, le développement et l’innovation, notamment en faveur du biocontrôle. Il s’agit de réduire les risques et les impacts des phytosanitaires sur la santé humaine et l’environnement.

Le plan Ecophyto est la traduction française d’une directive européenne qui impose aux États membres de fixer des objectifs chiffrés de réduction des risques et des impacts liés aux produits phytosanitaires et de déterminer les moyens appropriés d’y parvenir. « Ce n’est pas de la sur-transposition », a dit Stéphane Le Foll qui a présenté les grands axes d’Ecophyto au mois de janvier. Une consultation du public a été menée du 8 au 29 juin avec plus de 4 700 contributions de citoyens, d’agriculteurs, d’organisations professionnelles agricoles, d’entreprises de produits phytosanitaires, etc.

La suite dans le Réveil Lozère, page 3, édition du 12 novembre 2015, numéro 1333.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui