Le Réveil Lozère 17 janvier 2018 à 08h00 | Par FDC 48

La recherche du gibier blessé : une pratique à restaurer en Lozère

Quel que soit le mode de chasse (battue, affût, approche), le meilleur tireur du monde a blessé ou blessera involontairement un gibier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDC48

Le devoir du chasseur (ou de la chasseresse) est de tout faire pour tuer net. Mais s’il blesse, son autre devoir est de tout mettre en œuvre pour retrouver l’animal blessé. La recherche au sang concerne tous les grands gibiers, y compris le sanglier. Les remarques faisant croire que la recherche au sang sur le sanglier n’est pas utile, sous prétexte que l’espèce « prolifère », sont à jeter aux orties. Un gibier, quel qu’il soit, se respecte. Prendre la décision de tirer un animal est à la fois instinctif et réfléchi ; prendre la décision d’abattre un animal est un acte assumé, jusqu’au bout…
La recherche au sang s’effectue par l’intermédiaire de ce que l’on appelle les conducteurs de chiens de sang. Ce sont des personnes formées à suivre les traces d’animaux blessés grâce à des espèces de chiens particulièrement aptes à mener ce type de recherches : Teckels, Rouge de Bavière, Rouge de Hanovre. En Lozère, pour diverses raisons, le réseau des conducteurs s’est peu à peu réduit.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1443, du 18 janvier 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.