Le Réveil Lozère 15 septembre 2015 à 08h00 | Par Éva DZ

La race Aubrac grandit et s’agrandit

Fière d’être une race bovine française augmentant ses effectifs, la belle aux yeux noirs a dépassé la barre des 190 000 vaches selon l’IPG 2015 et espère atteindre les 200 000 têtes dès 2016.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sandra Hartmann

Sur les 190 548 vaches, près de 30 000 sont élevées dans huit départements hors du berceau (Saône-et-Loire, Ain, Loire, Lot, Tarn, Allier, Puy-de-Dôme et Haute-Loire). « Aujourd’hui, nous devons aussi prendre en compte les attentes, les besoins de ces éleveurs et leur proposer un accompagnement », a avancé Jacques Renou, directeur de l’Union Aubrac qui réunit aujourd’hui environ 600 éleveurs. Au niveau du herd-book Aubrac, les éleveurs aveyronnais restent majoritaires (206), suivis de la Lozère (150). Les éleveurs hors berceau (131) dépassent désormais ceux du Cantal (126).Henry Peyrac, président de la race Aubrac a tenu a alerter les éleveurs sur certains points. Le premier c’est le poids et la facilité de naissance, deux arguments forts en race Aubrac qui se sont le plus détériorés malgré les alertes multiples des responsables de la race. « Une grande majorité d’éleveurs ont compris l’intérêt et tout l’enjeu que représentent les facilités de naissance et sont rigoureux sur l’enregistrement des données, mais d’autres ne jouent pas le jeu », regrette Henry Peyrac. L’union Aubrac a décidé d’organiser des visites d’exploitation en périodes de vêlages pour mettre en évidence et corriger ces données. « Des données qui sont entièrement du ressort des éleveurs », a insisté le président. « La définition de notre race repose sur les conditions de naissance », a ajouté Jacques Renou appuyé par Bernard de Lapanouse, administrateur de l’union Aubrac en charge des travaux sur l’orientation raciale. « Les qualités maternelles et d’élevage sont nos spécificités : un veau par vache et par an. C’est notre principal atout pour l’expansion de la race », ont-ils insisté. Pour garder cette longueur d’avance en matière de facilité et de simplicité d’élevage, critères majeurs en Aubrac, le conseil d’administration travaille sur des « mesures adéquates et incitatives ». Car si « la morphologie est ce qui saute à l’œil quand on achète un reproducteur, en race Aubrac c’est le potentiel génétique et le résultat économique qui importe », a complété Jacques Renou. La nouvelle organisation s’appuie sur un index baptisé « renouvellement » incluant l’aptitude au vêlage, la facilité de naissance, les qualités maternelles, la carrière de la mère, la croissance et la morphologie entre 15 et 30 mois. La mise en place de cet index sera progressif avec un appui technique sur le terrain.

La suite dans le Réveil Lozère, page 4, édition du 17 septembre 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui