Le Réveil Lozère 06 septembre 2017 à 08h00 | Par ED

La question des prédateurs est revenue sur le devant de la scène

Manifestation, problématique budgétaire, attaques, le sujet de la prédation par le loup et l’ours est repassé sur le devant de la scène cet été. En septembre, le travail entre la profession agricole, les ONG et les ministères de l’Agriculture et de l’Écologie devrait reprendre, en parallèle des États généraux de l’alimentation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les élus locaux, dont Arnaud Viala, député de la 3e circonscription de l’Aveyron, Jean-Claude Luche, sénateur de l’Aveyron, Sophie Pantel, présidente du conseil départemental de Lozère, Christophe Laborie, conseiller départemental de l’Aveyron et de nombreux maires d’Aveyron et de Lozère, sont venus apporter leur soutien aux éleveurs samedi 5 août dernier.
Les élus locaux, dont Arnaud Viala, député de la 3e circonscription de l’Aveyron, Jean-Claude Luche, sénateur de l’Aveyron, Sophie Pantel, présidente du conseil départemental de Lozère, Christophe Laborie, conseiller départemental de l’Aveyron et de nombreux maires d’Aveyron et de Lozère, sont venus apporter leur soutien aux éleveurs samedi 5 août dernier. - © DR

Le ministère de l’Agriculture « réalisera à l’automne une étude prospective sur l’avenir du pastoralisme en présence du loup », a déclaré le 9 août Stéphane Travert devant l’Assemblée nationale. « En étroite concertation avec le ministre de la Transition écologique et solidaire (Nicolas Hulot), j’entends apporter des solutions à nos éleveurs », a déclaré le ministre en réponse à une question de la députée Émilie Bonnivard (LR, Savoie). « Les conclusions de cette étude pourront contribuer à l’élaboration du prochain plan national sur le loup 2018-2022 », a précisé le ministre. « Le pastoralisme est un atout » sur les plans touristiques, de la biodiversité et de « la filière agricole de qualité », a-t-il souligné. Selon le ministre, « il est nécessaire aujourd’hui et à ce stade, d’envoyer un message positif, des signaux d’espoir » aux éleveurs. Stéphane Travert a appelé à « sortir de l’approche comptable, du nombre de prélèvements mensuels qui embrase le débat public chaque année ». « Il nous faut aller […] vers une approche pluriannuelle sur cette question beaucoup plus fine et qui prend en compte l’intérêt de l’ensemble des territoires qui sont touchés, a-t-il dit, en veillant à ce que tous les acteurs concernés soient consultés ».

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1424, du 7 septembre 2017, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui