Le Réveil Lozère 25 mars 2015 à 08h00 | Par Laurence Sagot

La quarantaine pour limiter les risques sanitaires

Un animal juste acheté a beau être apparemment en parfaite santé, il peut être en période d'incubation d'une maladie ou bien être porteur sain. Il a pu se contaminer dans son cheptel d'origine ou bien lors de son transport.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Ciirpo

Le changement d'environnement est une source de stress qui est succeptible de fragiliser l'animal, le rendant ainsi plus sensible aux infections ou bien favorisant l'excrétion de microbes alors que l'animal n'a pas l'air malade. La quarantaine est une précaution sanitaire qui s'ajoute aux autres mesures : billet de garantie conventionnelle, contrôles obligatoires... L'objectif est de laisser le temps à l'animal juste acheté soit d'exprimer la maladie, soit de s'immuniser. Ainsi, lorsqu'il sera mis en contact avec le troupeau, il ne sera plus contagieux. La quarantaine ne prévient pas contre toutes les maladies infectieuses. Certaines maladies à période d'incubation plus longues peuvent passer à travers les mailles de ce filet.

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 26 mars 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui