Le Réveil Lozère 30 avril 2018 à 14h00 | Par Aurélie Pasquelin

La qualité au cœur du prochain congrès

À quelques jours de la tenue du congrès national des services de remplacement d’Aumont-Aubrac, rencontre avec Vincent Bonnet, président du service de remplacement de la Lozère.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Élu à la tête des Jeunes agriculteurs, Vincent Bonnet reste président du Service de remplacement jusqu’à la prochaine assemblée générale de la structure.
Élu à la tête des Jeunes agriculteurs, Vincent Bonnet reste président du Service de remplacement jusqu’à la prochaine assemblée générale de la structure. - © Aurélie Pasquelin

La congrès national des services de remplacement se tiendra les mardi 15 et mercredi 16 mai prochains à Aumont-Auvrac. Comment vous est venu l’envie d’accueillir ce congrès ?
La service de remplacement de la Lozère y pensait déjà depuis plusieurs années. Déjà, mon prédécésseur, Serge Sylvain l’avait évoqué. Aujourd’hui nous avons les capacités techniques de le faire alors autant en profiter.

Comment avez-vous obtenu que ce congrès se déroule en Lozère ?
Tout d’abord, nous avons candidatés sur la région Occitanie. Nous avons présenté notre projet et le thème que nous souhaitions mettre en avant lors de ces deux jours. Une fois selectionnés par la structure au niveau régional, SR France a étudié notre demande. Nous avons fait un dossier de candidature complet et même une vidéo. Le but était de montrer notre motivation, notre but et le thème choisi. Tout cela était fait de façon anonyme. C’est donc bien notre projet qui a été choisi avant tout.

Justement, vous avez choisi le thème de la « qualité », pourquoi ?
Ce thème est assez large pour aborder de nombreuses problématiques propres aux services de remplacement. Améliorer la qualité nous permettra de développer notre structure et de nous démarquer. En Lozère, nous ne sommes pas concernés mais dans d’autres départements, des structures concurentes ont vu le jour. Il faut donc proposer des services de plus en plus pointus et nous pencher sur la qualité du travail, la proximité avec les adhérents et les employés ainsi que sur les tarifs.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1458, du 3 mai 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.