Le Réveil Lozère 05 février 2020 à 17h00 | Par Agrafil

La profession craint la perte de sept millions d’euros vers le budget général de l’État

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Au ministère de l’Agriculture le 28 janvier, les représentants du syndicalisme majoritaire (chambres d’agriculture, FNSEA, JA, instituts techniques, coopération agricole) ont quitté un comité technique du Casdar (fonds de développement et recherche agricole) pour manifester leur désaccord sur la gestion du budget 2020. Le fonds Casdar est issu d’une contribution assise sur le chiffre d’affaires des agriculteurs. La profession évoque un excédent de sept millions d’euros sur la collecte 2019 qu’elle souhaitait réaffecter à des actions supplémentaires pour le climat et les alternatives aux phytos. Mais « Bercy veut le récupérer pour le budget général », rapporte André Bernard, élu à l’APCA. « En décidant de réaffecter sept millions d’euros au budget général de l’État et non à la R&D agricole, le gouvernement fait preuve d’une insincérité certaine et vient rompre la confiance des agriculteurs dans un dispositif qui a pourtant fait ses preuves », dénoncent les signataires du communiqué. Pour ces organisations, il s’agit là d’« un hold-up ».
« La demande de rattachement des excédents de taxes collectées en 2019 auprès des agriculteurs au Casdar 2020 est fort compréhensible. Néanmoins, dans un cadre budgétaire contraint, cela n’a pas été possible en 2020 », a indiqué le ministère de l’Agriculture à l’AFP. Il souligne que « ces dix dernières années en cas d’excédent collecté, ce rattachement n’a d’ailleurs pas toujours été possible ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le statut du fermage est devenu trop compliqué, trop strict, et les propriétaires cherchent à s’en détourner

Explique Jean Terlier, ancien avocat spécialisé en bail rural. La première réunion de la mission parlementaire sur le statut juridique des baux ruraux s’est tenue le 11 février, animée par ses co-rapporteurs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui