Le Réveil Lozère 17 janvier 2018 à 08h00 | Par MR

La PPA en Allemagne serait un « Fukushima du cochon »

L'arrivée de la peste porcine africaine (PPA) en Allemagne provoquerait un effondrement des cours du porc en Europe. Un scénario probable, et même attendu par les professionnels, mais pas « inéluctable », selon le ministère de l'Agriculture qui va bientôt lancer, à l'instar de l'Allemagne, une campagne de sensibilisation des chauffeurs routiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Reprenant l'expression d'un analyste allemand, le directeur du marché du porc breton (MPB), Pascal Duot, estime que l'arrivée de la peste porcine africaine (PPA) en Allemagne engendrerait un « Fukushima du cochon » en Europe. Venue de Géorgie, la maladie progresse vers l'ouest en Pologne, et menace le deuxième producteur européen, l'Allemagne. « Ce serait une très mauvaise nouvelle, notre cours dévisserait, car les Allemands ne pourraient plus exporter vers les pays tiers ». Et de préciser : « On pourrait se dire que les industriels français prendraient la place des Allemands à l'export, mais ils n'en ont ni les moyens, ni l'envie, ils ne voudront pas perdre leurs clients en France. En revanche, les Espagnols pourront le faire ». Une analyse corroborée par les abatteurs de Culture viande : « Ce serait un cataclysme, un raz-de-marée, analyse Paul Rouche. L'Allemagne exporte 800 000 tonnes de porc vers les pays tiers. Personne ne peut reprendre ces tonnages du jour au lendemain, tout le monde est presque à son maximum. Même l'Espagne ne pourrait pas envoyer beaucoup plus ; eux aussi ont leurs clients habituels en Corée, ou au Japon, qu'ils ne lâcheront pas comme ça. »

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1443, du 18 janvier 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui