Le Réveil Lozère 30 octobre 2018 à 16h00 | Par Service Forêt de la Chambre d'Agriculture de la Lozère

La plaquette bois, une alternative pour le paillage

Le prix de la paille atteint des records et il semble aujourd'hui primordial d'en réduire l'utilisation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Schéma simplifié d'utilisation de plaquettes dans une stabulation à aire paillée.
Schéma simplifié d'utilisation de plaquettes dans une stabulation à aire paillée. - © Amandine Cardon, Institut de l'élevage

Utilisée traditionnellement pour la litière des bovins, ovins et caprins, la sécheresse et le multi-usage de la paille génèrent actuellement des difficultés d'approvisionnement et une augmentation des prix. En effet, celle-ci est utilisée comme fourrage pour compenser la faible production de foin, l'enfouissement pour des raisons agronomiques en monoculture céréales et de nouveaux usages comme la méthanisation ou la construction augmentent la demande en paille.
Diverses solutions existent pour les éleveurs bovins qui souhaitent réduire leur utilisation de paille de céréales. Parmi elles, l'emploi de plaquette de bois comme substitut partiel de la paille dans les litières. Il est courant qu'elle permette une économie d'un tiers de la paille utilisée. Sachant qu'une tonne de plaquette sèche, soit environ 4 m³ apparent (MAP), permet de remplacer une tonne de paille.

Une plaquette sèche
La plaquette peut provenir de tout type de bois, feuillu ou résineux. En revanche, il est impératif qu'elle soit sèche, cela est indispensable afin qu'elle absorbe le jus de la litière. Ainsi sa teneur en humidité ne doit pas dépasser 25 %. Ceci correspond généralement à la qualité de la plaquette à destination des chaudières, qui peut donc être utilisée en litière. Il convient néanmoins de s'en assurer auprès des vendeurs.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1482, du 1er novembre 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui