Le Réveil Lozère 30 avril 2019 à 11h00 | Par Nancy Sagnet

La MSA du Languedoc, partenaire du CLS

Acteur majeur du développement sanitaire et social des territoires ruraux, la MSA du Languedoc, vient de signer son premier contrat local de santé, jeudi dernier. Une démarche qui se veut participative et partenariale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Nancy Sagnet

Lancé en 2013, le contrat de santé (CLS) du Haut-Allier était signé entre la communauté de communes du Haut-Allier (CCHA) et l’agence régionale de santé Languedoc-Roussillon. Fort de son efficacité, les acteurs rejoints par la MSA du Languedoc et la commune de Grandrieu ont signé un nouveau contrat de santé, le 25 avril, à la communauté de commune du Haut-Allier à Langogne.
« L’objectif de cette démarche visait à réduire les inégalités sociales et territoriales en milieu rural, touché par la désertification médicale, et à apporter à la population des réponses pertinentes, accessibles en proximité et coordonnées dans les parcours de santé. Aussi, l’enjeu est de développer des actions de prévention et de promotion de la santé vers différents publics cibles », indique Gérard Souchon, président de la communauté de commune du Haut-Allier. L’agence régionale de santé et la CHHA souhaitent continuer dans cette démarche participative et partenariale pour le CLS seconde génération avec deux nouveaux acteurs. « La mairie de Grandrieu participera au financement de l’animation », indique Guy Galtier, maire de Grandrieu.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1508, du 2 mai 2019, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Malgré une interdiction de principe de l’utilisation de certains pesticides en période de floraison, plus de la moitié de leurs usages bénéficient de dérogations.

alerte l’Unaf (union nationale de l’apiculture française) dans un communiqué du 20 mai, journée mondiale des abeilles.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui