Le Réveil Lozère 21 février 2018 à 10h00 | Par FXS

La menace d’une baisse de budget se rapproche

La prochaine Pac pourra supporter une baisse mesurée de son budget si elle est réformée de telle sorte que les paiements directs soient mieux ciblés et répartis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Quel niveau d’ambition pour une Pac efficiente ? », dans le cadre d’un budget qui, après 2020, sera amputé de la contribution britannique et devra répondre à de nouvelles priorités (migrations, protection aux frontières, défense). Telle est l’une des questions posées par la Commission européenne dans une communication adoptée le 14 février en tant que contribution à un premier débat sur le cadre financier pluriannuel de l’UE après 2020, prévu le 23 février entre les chefs d’État et de gouvernement des Vingt-sept.

Trois options sont envisagées dans ce document : la première serait de maintenir les dépenses agricoles à leur niveau actuel de quelque 400 millions d’euros sur sept ans (dont 7 % destinés au Royaume-Uni), soit 37 % du cadre financier actuel 2014-2020, ce qui permettrait, grâce à un meilleur « ciblage », d’accroître le soutien en particulier pour les petites et moyennes exploitations ; la deuxième serait de réduire cette enveloppe de 30 % (environ 120 millions d’euros, soit 11 % du cadre actuel), ce qui pourrait provoquer une chute de « plus de 10 % » du revenu agricole dans plusieurs États membres ; la troisième serait de réduire l’enveloppe de 15 % (environ 5,5 % du cadre actuel), ce qui entraînerait une réduction plus limitée du revenu mais aurait encore « un impact notable dans certains secteurs en fonction des choix opérés ».

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1448, du 22 février 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.