Le Réveil Lozère 25 octobre 2017 à 08h00 | Par Patricia Olivieri

La marmotte des volcans

Réintroduite il y a près de 30 ans dans Cantal, la marmotte a depuis colonisé tout le massif volcanique. Rencontre avec ce sympathique rongeur que suit Jean-Philippe Reygade.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Réintroduite en 1989, la marmotte a étendu son aire de jeu sur tout le massif cantalien.
Réintroduite en 1989, la marmotte a étendu son aire de jeu sur tout le massif cantalien. - © Patricia Olivieri

Ce mercredi matin, à 1 500 mètres d’altitude, quelque part au cœur du vaste territoire du parc régional des volcans d’Auvergne, dans une petite cuvette sagneuse entourée de sommets et inondée des premiers rayons d’un soleil juillettiste, pas l’ombre d’un museau, d’une moustache, d’une fourrure ni d’un sifflement d’alerte. La colonie de marmottes a décidé de bouder le rendez-vous pris avec Jean-Philippe Reygade, garde nature au PNR qui suit les populations de ces rongeurs réintroduits dans le massif cantalien en 1989 à l’initiative de la fédération départementale de chasse*. À l’époque, une centaine d’individus originaires des Alpes-de-Haute-Provence sont relâchés dans trois secteurs : Peyre-Arse, Plomb-du-Cantal et Puy-Niermont. Trente ans plus tard, marmota marmota (son nom scientifique) a colonisé quasiment tout le massif et les derniers recensements effectués par les agents du parc font état de 450 individus, dont une quarantaine au col d’Eylac dans le cirque glaciaire au-dessous d’une zone d’éboulis.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1431, du 26 octobre 2017, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Cet accord leur apporte une meilleure protection et une meilleure valorisation sur le marché chinois. Il contribue à promouvoir le modèle de développement rural associant terroir, producteurs et consommateurs qu’incarnent les indications géographiques. Il apporte un gage supplémentaire de qualité pour les faire apprécier des consommateurs chinois et réciproquement.

indique Didier Guillaume dans un communiqué du 6 novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui