Le Réveil Lozère 27 février 2018 à 16h00 | Par Aurélie Pasquelin

La Lozère, terre de miels et d’abeilles

Profitant de la remise du label Apicité à la ville de Mende, le syndicat apicole lozérien a annoncé les résultats des Lozériens au concours national des miels organisé par l’Unaf.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Créé en 2016 par l’Unaf (union nationale de l’apiculture française), le label Apicité récompense les communes qui « s’impliquent dans la préservation des abeilles domestiques et des pollinisateurs sauvages ». Jeudi dernier, dans les locaux de la mairie de Mende, la ville s’est vue remettre le label par Henri Clément, président du syndicat apicole lozérien et secrétaire général de l’Unaf. « Depuis maintenant trente ans, Henri Clément tire la sonnette d’alarme sur la situation précaire des abeilles, a annoncé Laurent Suau. Il était donc important pour la mairie de Mende de s’impliquer le plus possible dans la préservation de ces bêtes. » Et pour cela la mairie a multiplié les initiatives : installation d’une ruche sur la coursive de l’annexe de la mairie, intégration de l’apiculture aux Toqués du cèpe… « Le label évalue les actions des mairies pour sensibiliser le grand public à la préservation des pollinisateurs », explique Henri Clément. Comme pour le concours des villes et villages fleuris, le label Apicité comporte plusieurs échelons représentés par une, deux ou trois abeilles. Pour sa première labélisation, la ville de Mende a reçu deux abeilles. « Si l’on compte les communes possédantes trois abeilles sur les doigts d’une main, celles qui en ont deux ne sont pas nombreuses non plus », confie Henri Clément.

 

 

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1449, du 1er mars 2018, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.