Le Réveil Lozère 18 juillet 2018 à 11h00 | Par Céline Alanord

La gastronomie aux 50 bougies

En 50 années d’existence, le Creusois s’est imposé dans le paysage culinaire grâce à son fondant et son goût uniques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Vacheyroux, président de l’association du Creusois, et son épouse.
Philippe Vacheyroux, président de l’association du Creusois, et son épouse. - © Céline Alanord

« Ce petit chemin qui sent la noisette… », une musique entêtante et un petit air dont on se souvient, c’est comme une recette réussie et que l’on se plaît à déguster depuis des générations. Sur les tables des aficionados des produits du terroir, le dessert traditionnel trouve une place de choix. Depuis 50 ans, le secret qui lie harmonieusement le sucre, le beurre, et les noisettes connaît un engouement de la part de ceux qui apprécient « le local ». Et pour que l’histoire soit un symbole de la gastronomie et soulève l’importance de l’artisanat, ce sont des passionnés des métiers de bouche qui la raconte le mieux. « L’association du Creusois » rassemble 21 amoureux du petit pavé à la couleur gourmande. Des pâtissiers adhérents, des reconnus et des petits nouveaux, qui souhaitent « fédérer le gâteau à la noisette en le façonnant, le vendant et le promouvant dans les meilleures conditions possible ».
Toute une éthique professionnelle qui rassemble ses pâtissiers venus de tout le département de la Creuse et pour lesquels « l’histoire du Creusois c’est une histoire de passion de la terre et de la haute gastronomie », comme l’explique Philippe Vacheyroux, président de l’association.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1469, du 19 juillet 2018, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pour une agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des Français qui mangent de la qualité et au juste prix, je suis dès aujourd’hui au travail.

a déclaré sur Twitter, quelques minutes après l’annonce de sa nomination Didier Guillaume, nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui