Le Réveil Lozère 20 décembre 2016 à 08h00 | Par Le Réveil Lozère

La FNSEA veut s'inviter dans le débat présidentiel

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En présentant treize mesures à appliquer dans les 200 jours d'une nouvelle présidence de la République, le président de la FNSEA Xavier Beulin a évoqué un « sentiment d'urgence qui réclame du pragmatisme, du concret et de la proximité avec les territoires de la part du prochain chef de l'État ». « Nous allons nous inviter dans le débat de la présidentielle » a insisté Jérôme Despey, secrétaire général adjoint de la fédération expliquant que les militants iront à la rencontre des candidats « quand ils laboureront le territoire ». Les candidats seront invités à se prononcer sur ces mesures. Celles-ci vont du soutien à un grand plan d'investissement national de six milliards d'euros à la garantie de retraites décentes aux agriculteurs en passant par la construction d'un statut de l'agriculteur professionnel et la mise en place d'une TVA sociale pour alléger les charges des exploitants. Elles concernent aussi, entre autres, la mise en oeuvre d'une politique de la ressource en eau, un principe d'innovation appliqué à l'environnement, un meilleur accès à internet en zone rurale, une augmentation du crédit impôts compétitivité emploi ou l'arrêt de la surtransposition des directives européennes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui