Le Réveil Lozère 16 mai 2018 à 09h00 | Par Le Réveil Lozère

La FNSEA, les JA, la FNO, l’APCA et la FNB adoptent une déclaration commune

La fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles, les Jeunes agriculteurs, la fédération nationale ovine, les chambres d’agriculture et la fédération nationale bovine, ont adopté une déclaration commune contre le Plan national loup 2018-2023.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les organisations rappellent leur opposition à ce plan, qu’elles qualifient d’une « totale régression », par rapport aux marges de manœuvre dont les éleveurs bénéficiaient jusque-là. Elles demandent « un droit de défense permanent », indifférent des plafonds de prélèvement, afin de protéger les troupeaux, et s’opposent à une gestion différenciée du loup. La notion des troupeaux « non protégeables » doit être « définie de manière précise et objective à l’échelle nationale et valable sur tous les territoires », réclame le communiqué commun. Les organisations rappellent aussi leur opposition à toute conditionnalité des indemnisations. Enfin sur le sujet des hybrides entre chien et loup, elles demandent la mise en place d’une définition claire et précise, ainsi « qu’une analyse génétique systématique en cas de prélèvement de loups, financée par le ministre de la Transition écologique et solidaire, afin d’exclure des plafonds tous les hybrides recensés ». Les organisations demandent aussi que les indemnisations, en cas d’attaques d’hybrides, ne soient pas remises en cause.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui