Le Réveil Lozère 03 avril 2019 à 09h00 | Par MR

La FNSEA et Didier Guillaume au diapason

Le congrès de la FNSEA, qui a eu lieu à Nancy du 26 au 28 mars, a mis en avant la proximité des positions affichées par Didier Guillaume depuis son arrivée rue de Varenne, avec celles du syndicalisme majoritaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le ministre de l’Agriculture n’a pas apporté les annonces attendues par la fédération, mais il s’est volontiers présenté, sur ces dossiers, comme faisant face à des « arbitrages ministériels » défavorables au sein de son gouvernement.
Le ministre de l’Agriculture n’a pas apporté les annonces attendues par la fédération, mais il s’est volontiers présenté, sur ces dossiers, comme faisant face à des « arbitrages ministériels » défavorables au sein de son gouvernement. - © Actuagri

À l’instar du Salon de l’agriculture 2019, le 73e congrès de la FNSEA de Nancy qui a eu lieu du 26 au 28 mars, s’est déroulé dans un esprit de détente des relations entre le syndicalisme majoritaire et le gouvernement. Grâce d’abord à un ministre de l’Agriculture qui s’est évertué, comme il le fait depuis cinq mois qu’il est installé rue de Varenne, à faire corps avec le monde agricole. Lors de son discours de clôture, il s’est, une nouvelle fois, posé en « bouclier contre l’agri-bashing », s’en est pris aux « bobos parisiens » à qui il a conseillé de « s’imprégner un peu plus du bon sens paysan » ; il a vanté une ruralité « qui a eu trop souvent le sentiment réel d’être abandonnée par Paris », une ruralité où l’on continue de « se dire bonjour » contrairement à un monde urbain qu’il a voulu faire tomber de son piédestal. Et en matière de baisse de l’usage des phytos, les agriculteurs « accompagnent la transition agroécologique à la bonne vitesse ». Autant de déclarations qui contrastent, sur le ton, avec le discours particulièrement incisif d’Emmanuel Macron à Rungis en 2017.

Un ministre qui « sait se faire aimer »
Ces propos ont été accueillis avec bienveillance par les congressistes de la FNSEA, dont la présidente Christiane Lambert a regretté que les précédents ministres de l’Agriculture n’aient pas eu les mêmes mots que Didier Guillaume. Bref, « il sait se faire aimer », a-t-elle souri à l’issue du discours du ministre. Et presque autant qu’avec le monde agricole, c’est avec le syndicalisme majoritaire que le ministre a semblé au diapason. Quand la présidente de la FNSEA a mis l’accent dans son discours sur l’« agri-acting », la mise en avant des démarches positives de l’agriculture, le ministre a étayé ses propos quelques minutes plus tard en vantant les vertus d’une communication positive. Comme la FNSEA, le ministre souhaite baisser les charges des agriculteurs - il a d’ailleurs laissé entendre que le dispositif de remplacement du TODE (employés saisonniers) serait prolongé à l’issue des deux ans prévus : « À mon avis, ça restera plus longtemps ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1504, du 4 avril 2019, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup doit être régulé sans plafond !

c’est l’appel qu’ont lancé la FNO, la FNSEA, la FNB et la FNC dans un communiqué du 26 novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui